La Route des Grandes Alpes…8 jours, 8 cols, +9000m de dénivelé positif et 506km!

La montagne nous offre le décor … A nous d’inventer l’histoire qui va avec! – Nicolas Helmbacher

La traversée des Alpes m’a faite penser un petit peu à l’organisation d’un grand événement sportif! C’est à la fin de la traversée que je me suis aperçu que les émotions qu’elle m’avait procurée étaient un peu comme certaines émotions que j’avais vécu en événementiel sportif… Avant la traversée, c’est beaucoup d’excitation car il faut le dire les Alpes sont belles, grandes et hautes! C’est un gros challenge physique mais surtout mental! C’est aussi l’appréhension… On se demande comment on va gérer… Quelques jours avant on a juste envie que ça commence même si on ne se sent pas forcément tout à fait prêt… Pendant, c’est juste une explosion d’émotions, d’adrénaline où on vit le truc à 300%! On vit chaque moment! Comme en plein événement… Et puis tout ça soudainement s’arrête une fois descendue du dernier col, c’est comme à la fin de l’événement. C’est « l’après-alpes » blues comparable au blues ressenti après l’organisation d’un grand événement! C’est tout qui retombe.. Les émotions fortes, l’énergie de groupe et puis la fatigue qui prend le dessus… J’ai absolument adoré toute la traversée des Alpes. C’est une vrai leçon de vie et de connaissance de soi. J’ai monté chaque col avec envie et détermination. Pour moi, la clé quand on monte des cols c’est d’apprécier et de se concentrer sur un kilomètre a la fois. C’est aussi trouver son rythme et puis très rapidement c’est comme une petite musique qui nous transporte doucement à travers des paysages magnifiques. La sensation d’être face à la nature et d’avancer pour atteindre le sommet en ayant hâte de découvrir le paysage qui se cache derrière est incroyable! Je peux tout à fait comprendre qu’on puisse devenir addict!! 

Et puis grimper les cols mythiques du Tour de France en plein juillet pendant le Tour c’est une ambiance unique! C’est des gens du monde entier qui grimpent les cols avec une excitation et enthousiasme incroyable. C’est une ambiance d’encouragement et de surpassement de soi qui domine. Chacun avec ses objectifs propres mais avec le même but. Tous le monde se booste et s’aide en se faisant des signes de pouce levé, on se dit « Allez! Bravo! Courage! »… Au sommet les automobilistes, motards et cyclistes applaudissent! Ces moments m’ont donnée des ailes et même sous le soleil cuisant et dans les pentes les plus raides m’ont fait garder le sourire. C’est une chance de pouvoir vivre ça!

Monter des cols de montagne c’est aussi pouvoir se retourner et voir tout ce qu’on a réalisé pour arriver là où on est! Voici le recap par col de cette traversée mythique des Alpes!

Piste cyclable le long du Var

1) Journée mise en jambe de Nice au pied du Mercantour! Bilan: pas de passage de col; une piste cyclable depuis Nice jusqu’à l’entrée de la vallée de la Vésubie et le long du Var; des petits villages superbes perchés sur la montagne…            2) Col St Martin – altitude 1500m Pendant l’ascension    Le col!    La descente       3) Col de la Bonette et la plus haute route d’Europe – 2802m Pendant l’ascension – grosse appréhension la veille à force d’entendre les gens dire que c’est vraiment raide au sommet pour arriver aux cimes de la Bonette… Je suis partie de bonne heures et puis j’ai rencontré Patrick et Dominique après une dizaine de kilomètres avec qui j’ai fait la route quasiment jusqu’au sommet. Super agréable de pouvoir être entourée pour cette ascension qui était assez longue (3h30 exactement..).   C’est sur le col de la Bonette que nous avons dépassé Olivier alias « l’allemand » qui comment vous dire… Était chargé comme un bœuf!! Entre 80-90kg pour lui v 30kg pour moi. On s’est plus tard retrouvé dans la ville étape de Jausiers et voici son chargement v le mien! Pour tout dire, le voir pédalé au ralenti sur ce col avec autant de poids m’a donné des ailes et je me suis sentie toute légère!!! Le col!         La descente         Petite soirée apéro-dîner sympa avec Olivier que j’ai retrouvé au camping.

3) Col de Vars – 2109m  Pendant l’ascension       Attendez moi les copaings!!! Le col!  La descente – après Vars c’est la découverte du massif des écrins. Picnic devant cette vue magnifique!      4) Col de l’Izoard – 2360m Le réveil a été plus que rude et ma bonne résolution de partir tôt est tombée à l’eau. Sensation de fatigue! Du coup j’ai décollé du camping à 10h.. 31 degrés déjà! Journée qui s’annonce un peu dur physiquement et mentalement… C’est l’ascension du col d’Izoard donc vaut mieux se sentir bien! Je pars en me disant « j’y vais au feeling » et puis 1km plus long ma route croise celle d’un cycliste qui monte aussi là haut. Bonne nouvelle car Michel roule à peu près aussi vite que moi et on fait finalement toute la route ensemble! C’est le début d’une bonne journée 🙂 on s’arrête manger une tarte (à la myrtille pour moi) à Arvieu et faire le plein d’eau. Pause magique qui m’a redonné du peps dans la tête et les jambes!!! La montée au col a des passages à plus de 10% et beaucoup de lacets exposés en plein soleil. Il y a aussi le vent de face qui nous a rejoint sur les 3 derniers kilomètres. Mais la vie est juste magnifique et j’ai trouvé mon rythme. J’ai apprécié la montée et les encouragements des autres cyclistes et gens qu’on croise donnent des ailes! Merci Michel pour cette ascension dans la bonne humeur!!     Et puis à 500m du sommet c’est un tri athlète qui me rattrape et avec qui je discute jusqu’à l’arrivée au col. Super sympa et qui m’invite à me joindre à lui et son club de tri pour manger avant de redescendre. Merci Luciano et le Club de Triathlon d’Antibes!! La descente jusqu’à Briançon est ensuite un bonheur! Les paysages sont magnifiques!         Soirée et nuit chez Nathalie et Jean-Michel du réseau warmshowers qui m’accueillent chez eux. Super sympas, ils ont un van aménagé que je visite et qui me fascine! Soirée très sympa à discuter autour d’un bon repas dans le jardin. Un énorme merci à tous les deux pour cet accueil chaleureux!!! Les petites astuces/recettes de Nathalie:

  • Pour mettre un pot sous vide (exemple pour faire de la confiture de pissenlit..) – il faut simplement mettre la confiture chaude dans le pot en verre (lui-même rincé à l’eau chaude dans un 1er temps) puis le fermer de suite. Et puis retourner le pot! C’est tout. 🙂
  • Recette de la confiture de pissenlit maison (à faire en mai quand il y a des pissenlits!)
    • 500g de fleur de pissenlit (que les têtes)
    • Recouvrir d’eau
    • Faire bouillir avec 4 citrons ou 4 oranges coupées en morceaux avec la peau (prendre bio!)
    • Cuire 1h
    • Passer le jus et mettre le même poids de sucre
    • Et refaire cuire 30-40min
    • Et voilà!
  • Recette fraîcheur pour les apéros de l’été : la crème de courgette!
    • Alors ça j’avoue être fan!! Très bon à manger avec des gressins.
    • Courgettes cuites + crème soja + menthe fraîche. Le tout à mixer et le tour est joué 🙂

5) Col de Lautaret – 2058m

J’ai décollée de Briançon un petit peu tard. J’ai d’abord fait le marché avec Nathalie où j’ai acheté des produits locaux pour mon déjeuner. Et puis partir sans voir la Cité Vauban n’était pas une option! Petite balade dans le Cité avant de prendre la route …   L’ascension du Lautaret est facile de ce côté car la montée est vraiment douce. C’est une grosse route large qui monte mais il y a de la place pour tout le monde.. Après ce n’est pas ma route préférée! Le paysage avec les écrins qui se rapprochent de plus en plus est super impressionnant!!!        6) Col du Galibier – 2642m L’ascension d’un des cols le plus mythique… Il suit directement le Lautaret et monte sur 8km en arrivant par ce versant. La montée du Galibier pour moi n’a pas été la mieux vécue… Une route étroite et assez mauvaise sur le côté droit ; le vide juste à ma droite pendant toute la montée ; du vent ; ENORMEMENT de traffic avec motos ou voitures qui roulent vite! Mmmmm…. Un peu crispée pour cette montée j’avoue!!!! Dernier bout à 12% où tout d’un coup 3 collègues à vélo de mon âge je pense on surgit de derrière un camping-car qui descendait et on s’est juste tous les 4 mis à gueuler OUUAAAISSSS en se croisant! Oui très bizarre mais énergie communicative qui m’a juste boostée pour l’arrivée! 🙂     Le col et la vue INCROYABLE        La descente 🙂 Petite pause Beaufort sur le début de la descente du Galibier. MIAM! et il faut consommer local!!!           7) Col du Télégraphe – 1566m  Petite ascension qui ne compte pas vraiment en arrivant de ce côté ci! Le col! Arrivée simultanée avec un collègue québécois! Photo et petite discussion sympa.  8) Col de la Madeleine – 2000m Dernier col des Alpes… un col classé Hors Catégorie par le Tour de France du fait de sa difficulté… voici son profil! Et encore dans l’ascension j’ai vu des tronçons à 11%. J’ai d’abord roulais pour rejoindre La Chambre, ville du départ du col. Là je me fais une pause grand crème histoire de me doper un peu 🙂 J’y rencontre 2 nantais cyclistes super sympas avec qui je discute un peu et puis il faut se mettre en route!  L’ascension – après coup, elle m’a faite penser à celle du Tourmalet… peut-être car elle est sans relâche sur 20km avec du 8,9,10 et 11% de pente… en tout cas pour ma part la difficulté n’est guère synonyme de mauvais moment puisque j’ai adoré cette montée! Les paysages sur la vallée sont beaux, peu de traffic et c’est un col où le mental est mis au défis constamment! Un col pour finir en beauté! Le col – vue sur le Mont Blanc d’un coté et les Ecrins de l’autre!                Et puis c’est la descente sur Albertville pour y passer la veille du 14 juillet. Au menu tricolore: fête sur la place de la ville, musique et buvette, bière et Diot! Le Diot c’est la saucisse savoyarde qui après cette journée a été plutôt bien accueillie par mon ventre! Et puis la fatigue a pris le dessus sur le feu d’artifice et je me suis rapatriée au camping.        D’Albertville à Annecy (ou plutôt La Balme de Sillingy)

La fatigue de la traversée des Alpes se fait sentir au petit matin. Heureusement journée tranquille avec moins de kilometres et surtout plus de plat. Je pars du camping un peu agacée puisque on m’a volé ma batterie externe et prise de courant. Juste assez de batterie pour faire quelques photos et vérifier l’adresse de Lolo et Mika qui me reçoivent le soir. Après c’est de la piste cyclable tout le long sur une cinquantaine de kilomètres avec une bonne partie le long du Lac d’Annecy. Un régal!           Et puis quelques rencontres sympathiques me redonnent rapidement la pêche malgré le vent de face, la chaleur et l’épisode du matin. Il y a le hollandais qui partage sa gourde d’eau avec moi alors que je suis asséchée! Puis c’est Christian qui rythme une dizaine de kilomètres et Serge que je rencontre dans une boulangerie. Merci à eux car cette journée d’après-Alpes blues n’était pas facile à gérer! Heureusement que Lolo, Mika, Timéo et Gabin m’attendaient avec une bonne surprise: la piscine et le jacuzzi!!! Trop cool de vous avoir vu et d’avoir enfin rencontré vos petits bouts de choux! Merci et à très vite! 🙂

Publicités

7 commentaires sur “La Route des Grandes Alpes…8 jours, 8 cols, +9000m de dénivelé positif et 506km!

  1. et ben chapeau ! Une Froumette avec sacoches !

    Merci aussi pour ces 2 superbes journées passées avec nous.

    Vincent & co

    Aimé par 1 personne

  2. COURAGE petite Corinne.!!! Tu es toujours bien formidable,. Nous pensons souvent à toi et quels souvenirs ….Merci aussi de nous faire partager ton aventure. A bientôt.

    Bises de Nicole et Henri

    J'aime

  3. Je découvre ton récit de la traversée des Alpes, ça donne envie de rouler ! Bravo, je comprends que la montée jusqu’à Echallon n’a pas été pour toi une difficulté dans ton étape en quittant Annecy. Je garde un super souvenir de ton passage et de notre picnic au lac Genin. J’ai vu que tu as bien bouclé ton périple jusqu’à Notre Dame ! Bravo, je te souhaite plein de bonnes choses. Michel

    Aimé par 1 personne

    • Salut Michel, merci pour ton petit mot qui me fait bien plaisir! Moi aussi je garde un très bon souvenir de notre rencontre et soirée. Le tour s’est bien terminé et le tempo passe bien vite depuis que j’ai posé Spike! Des bises du pays basque et au plaisir de se revoir

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :